Action Danse 2008Association Fleur d’Orange

Action Danse : Édition 2016 • 2015 • 2013 • 2012
• 2011 • 2010 • 2009 • 2008.

Du 8 au 29 octobre 2008, la compagnie Fleur d’Orange est heureuse de proposer une Action Danse, un moment d’échange et de formation à Casablanca avec le soutien de Culturesfrance, de l’institut français de Casablanca, d’Art Moves Africa…

Ce programme dense s’adresse :

Ouverture

Martin Kravitz (USA)

Solo de danse et chant lyrique « rends moi tes mensonges »

Elise Fitte Duval (Martinique)

Exposition de photo « danser l’espoir »

Formation

Chapiteau de l’institut français de Casablanca de 9h à 18h.

Ateliers intensifs du 8 au 29 octobre pour des danseurs du Maroc et les invités d’Afrique du Sud, du Burkina Faso, du Niger, du Sénégal et de France.

Intervenants

Au programme : cours technique, voix, improvisation, jeux théâtraux, afro-contemporain, rythmes, composition chorégraphique, improvisation.

Spectacles : Lauréats du concours « DANSE l’AFRIQUE DANSE » 2008

1er Prix : « KAROHANO »

Compagnie Inzalo D. T. C. (Afrique du Sud).

Chorégraphie : Thami Manekehla - Thabiso Pule Heccius - Haja Franco Saranouffi.

Interprétation : Thami Manekehla - Thabiso Pule Heccius - Haja Franco Saranouffi.

2e Prix : « NDJILA NA NDJILA, D’UNE ROUTE A L’AUTRE »

Compagnie Baninga / DeLaVallet Bidiefono (République du Congo).

Chorégraphie : Bidiefono De LaVallet.

Interprétation : Bidiefono De LaVallet, Ella Ganga, Florent Mahoukou, Bobie Mfoumou.

Prix ‘solo’ : « J’ACCUSE ! »

Compagnie Pape Ibrahima Ndiaye dit Kaolack.

Chorégraphie et interprétation : Pape Ibrahima Ndiaye dit Kaolack.

Clôture : Les « espaces libres »

Sidi Graoui et Jamal

Solo avec Jamal percussionniste (derbouka) crée pendant Action Danse

Salia Sanou et Amadou Kiénou

Improvisation avec le musicien Amadou Kiénou

Mpho Molao – Afrique du Sud (N/A company)

Les bruits du silence et autres

Melusi Mkhanjane – Afrique du Sud (Imvelo Dance and Theater Company)

Les rêves qui refusent de mourir

Momar Ndiayé – Sénégal (compagnie CADANSE/ass. Premier temps)

3 of them

Maman Sani Moussa – Niger (compagnie Néma)

"Tout n’est pas perdu"

Abdalah Ousmane - Niger (compagnie Wangari)

Mon Parcours

Aguibou Sanou – Burkina Faso (compagnie Tamadia)

Laada

Aicha Kaboré – Burkina Faso (compagnie Kongo Ba Teria)

Ahlam Elmorsli et Fatima Zahra Rahli - Maroc

Point de départ

Mostafa Ahbourrou - Maroc

SOS

Anne Lise Riscalla – Liban-Italie

Découd-Pur

Concours Hip Hop

Samedi 11 octobre

Chaque groupe présentera son show et le jury sélectionnera 4 groupes qui passeront le 2ème jour. (Rock It Crew (Kénitra), Stunt Solars Crew (Salé), Hiba King Zoo Crew (Casablanca), Unique-Killerzz Crew (Casablanca)…).

Samedi 18 octobre

Les 4 groupes représenteront leur show et le jury sélectionnera 2 groupes pour la finale.

Finale

Combat final entre les 2 groupes de break dance pour remporter le prix de 6 000 DH.

Exposition : Danser l’Espoir

« Espace de la création dans la danse africaine contemporaine »

Du 10 au 27 octobre au centre artistique Art Majeur (Bourgogne).

Il s’agit de montrer la pratique de la danse contemporaine africaine, par une approche de quelques compagnies rencontrées principalement à Dakar.

À travers, le langage du corps je cherche à montrer le travail quotidien de la recherche chorégraphique, sa dynamique…

En effet la danse contemporaine urbaine en Afrique, évolue à grand pas. Elle gagne en maîtrise technique et en inventivité grâce à la capacité exceptionnelle qu’ont les danseurs à intégrer ce qu’ils apprennent de l’extérieur, des gestuelles traditionnelles, de leurs préoccupations liées à la réalité du continent. Ces facteurs produisent des créations fortes, ayant souvent un message social. On peut dire qu’inscrite dans ces réalités, la danse participe au développement du continent. Elle pousse les danseurs à définir leur identité actuelle. Elle-même exercice de contrainte, la danse pousse l’individu à se libérer des carcans physiques et sociaux.

Une partie de l’exposition montre les conditions de répétitions en atelier, avec des arrêts sur le corps en mouvement. Il s’agit essentiellement de danse. Une autre est consacrée à des portraits de danseurs et chorégraphes ayant intervenu au Sénégal.

– Elise Fitte-Duval

Atelier d'écriture

La critique à entendre ici au sens d’analyse fouillée, n’entraînant pas forcément un jugement – est une fonction importante dans le paysage de la presse et de la création artistique.

Elle constitue, naturellement, une information pour le citoyen soucieux de capter les évolutions de son temps – les questions esthétiques en font partie. Et elle constitue un retour précieux, attendu par les artistes, à propos de leur travail.

Mais on est souvent intimidé au moment d’écrire sur la danse. L’atelier critique visera à vaincre ces réticences. Cela de deux façons : d’une part en s’exerçant dans l’activité du regard et dans la recherche des mots appropriés. Le partage en groupe sera précieux à cet égard. D’autre part en reconnaissant la part inévitablement subjective de cet exercice ; mais alors en la problématisant et en la mettant en perspective.

L’essentiel de l’atelier, destiné à des journalistes, sera pratique. Il sera animé par Gérard Mayen, journaliste et critique de danse (Danser, Mouvement, Mouvement.net, Quant à la danse), auteur de nombreux textes pour des festivals et compagnies, d’ouvrages d’analyses d’œuvres, et médiateur du développement de la culture chorégraphique auprès des spectateurs de la danse.

Equipe

Consultez le programme intégral de cette édition.